Accueil

Qu'est-ce qu'une appendicite aiguë ?
Appendicite désirade
Evolution de l'épidémie
Répartition géographique


APPENDICITE DESIRADE

Dr J. Manuceau

 

Pendant les quatre premiers mois, c'est principalement les enfants qui ont été touchés. Par la suite, les adultes aussi ont été touchés par cette épidémie.
           
Le nombre de malades a suivi une courbe croissante exponentielle.

L'épidémie s'est arrêtée brutalement fin juin 1996, lorsque le médecin de l'île a demandé aux désiradiens de ne plus boire l'eau du réseau.

           
Une deuxième épidémie a eu lieu entre le 15 avril et 15 juin quand certains désiradiens se sont remis à boire l'eau du réseau, sous la pression médiatique des autorités. Cette épidémie s'est arrêtée tout aussi brutalement que la première, dès que les médias ont mis en garde les désiradiens contre la potabilité de l'eau.

Cette épidémie comprenait deux aspects cliniques principalement :
- des problèmes cutanés de type allergique, probablement liés à une chloration excessive et non contrôlée de l'eau ;

- mais surtout des douleurs abdominales isolées (sans fièvre, sans nausées ni vomissements, sans troubles du transit). Ces douleurs ont touché plus de la moitié des désiradiens. Les personnes qui présentaient des douleurs localisées dans la fosse iliaque droite, ont été opérées d'appendicite. 1 habitant sur 7 a été opéré en 9 mois. L'histologie a confirmé l'atteinte appendiculaire sans pouvoir en déterminer l'étiologie. Dans 1 cas sur 3, il y avait une atteinte péritonéale. Opérant sous coelioscopie, j'ai été frappé par l'importance des adhérences péritonéales, témoins d'inflammations péritonéales répétées autour de l'appendice et du cæcum. Quand, beaucoup plus rarement, les douleurs étaient localisées dans la région vésiculaire, je découvrais des adhérences à ce niveau (même en l'absence de calculs). L'ablation des vésicules (l'histologie montrait des atteintes inflammatoires), entraînait la disparition des douleurs sous costales droites, tout comme l'ablation des appendicites celles de la fosse iliaque droite. Lorsque les patients continuaient à boire l'eau du réseau, des douleurs diffuses réapparaissaient. Aucun traitement n'en venait à bout, sauf partiellement, les anti-inflammatoires.

Sur le plan biologique, les leucocytes étaient proches de la limite inférieure des valeurs normales alors que les polynucléaires étaient franchement abaissés. Absence de polynucléaire éosinophile.
L'examen des selles n'a rien montré de particulier. La mise en culture des appendices non plus. La recherche de Yersinia et de Bilharzie a été négative.