Accueil


Versions des faits
Tentative d'assassinat
Analyses de l'eau
Position préfecture
Ordre Médecins
Actions judiciaires
Assemblée Nationale
Revue de presse


ANALYSE DE L'EAU

DE LA DESIRADE

 

Il faut tout d'abord connaitre la position des Autorités Sanitaires sur ces analyses.
Elle a été parfaitement exprimée dans le communiqué de la Préfecture du 30/07/1996, qui affirmait : "S'agissant de l'eau, outre les prélèvements mensuels, ... Il ressort clairement du résultat des analyses ..., que la qualité de l'eau fournie par le réseau est irréprochable et qu'elle est donc propre à la consommation."

Après cette affirmation, on est étonné de ne trouver dans le Rapport d'Investigation du Réseau National de la Santé Publique, parmis les analyses de l'Institut Pasteur, que les analyses bactériologiques d'octobre, novembre et décembre 1995. En regardant le tableau de toutes les analyses, on comprend pourquoi.

On trouvera ci-dessous :

Le tableau de toutes les analyses de l'Insitut Pasteur, faites pour la DDASS et la SOGEA, entre juin  1995 et juillet  1996,

Les remarques sur ces analyses,

Les analyses du 19 avril 1996,

Les analyses du CRECEP..  Elles ont été faites en dehors de la période épidémique. Elles illustrent magnifiquement ce que  le Pr Hartemann, disait "On ne peut trouver que ce que l'on recherche ...". La DDASS et la SOGEA n'ont pas cherché évidemment  les éléments gênants, comme par exemple le chloroforme, agent cancérigène. Ce dernier est un produit de dégradation du chlore et l'eau de la Désirade est désinfectée au chlore.

Le Pr Robert Nègre écrit (L'alimentation risque majeur - écologie systémique. Collection, ellipses,  page 88 et 89) : "La très grande majorité des eaux domestiques est désinfectée au chlore. Celui-ci, en détruisant les matières organiques indésirables, engendre des éléments cancérigènes,... Une telle eau chlorée n'est pas plus potable qu'avant d'avoir été traitée : de bactériologiquement inconsommable, elle est devenu biochimiquement nocive."

Les analyses du LAPRA, qui ont montré la présence dans le sédiment du Château d'Eau, des quantités remarquables d'Aluminium, de Plomb et de Zinc.

Analyse des vers.  L'état des canalisations est tel, que les Désiradiens trouvent régulièrement des vers sortants de leurs robinets. Nous en avons fait analyser trois.