COMMUNIQUE DE PRESSE 

du 21 février 1997 



RÉPUBLIQUE FRANCAISE
MINISTERE DU TRAVAIL
ET DES AFFAIRES SOCIALES

PRÉFECTURE DE LA GUADELOUPE

DIRECTION DEPARTEMENTALE
DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES
DE LA GUADELOUPE
                                                                                                    Basse-Terre,  le  21 février  1997

 

LA D.D.A.S.S. TIENT A FAIRE LE POINT CONCERNANT LA QUALITE DE L'EAU À LA DESIRADE.
 
 

TOUS LES ANS, LA D.D.A.S.S. PUBLIE UN BILAN DE LA QUALITE DES EAUX DISTRIBUEES DANS LE DEPARTEMENT.
CE BILAN EST LARGEMENT DIFFUSE, COMME EN TEMOIGNE LA PLAQUETTE  « EAU POTABLE EN GUADELOUPE - SITUATION
EN 1995 », TRÈS COMMENTEE DANS LES MEDIA.

PAR AILLEURS, LES TEXTES PREVOIENT L'AFFICHAGE PERIODIQUE EN MAIRIE DES  RESULTATS D'ANALYSES.

DONC, DEPUIS DES ANNEES, LA SURVEILLANCE DES EAUX DE DISTRIBUTION EN GUADELOUPE EST REALISEE DANS LA TRANSPARENCE.

LE SUIVI DE LA QUALITE DE L'EAU PORTE SUR LA MESURE DES PARAMÈTRES BACTERIOLOGIQUES, ORGANOLEPTIQUES ET PHYSICO-CHIMIQUES DEFINIS PAR LA REGLEMENTATION (DECRET DU 3 JANVIER 1989 MODIFIE). CES ANALYSES, COMME TOUTE ANALYSE, DOIVENT ETRE INTERPRIETEES, DANS LEUR GLOBALITE ET DANS LE TEMPS

POUR UNE POPULATION DE 1.600 HABITANTS, 18 PRELEVEMENTS SONT PREVUS ANNUELLEMENT PAR LA REGLEMENTATION.

A LA DESIRADE, 19 PRELÈVEMENTS ONT ETE FAITS EN 1995, 43 EN  1996 (LA SURVEILLANCE A DONC  ETE PARTICULIÈREMENT RENFORCEE). LES PRELÈVEMENTS EN 96 ONT ETE FAITS PAR UN TECHNICIEN DE LA D.D.A.S.S. VENANT DE POINTE-À-PITRE.
 

2

OUTRE LES ANALYSES COURANTES PRÉVUES PAR LA LOI, LA D.D.A.S.S. A PROCÉDÉ À DES ANALYSES COMPLÉMENTAIRES EN BACTÉRIOLOGIE (RECHERCHE DE YERSINIA ET SALMONELLA) ; ELLE A AUSSI DEMANDÉ AU LABORATOIRE DE LA VILLE DE PARIS (C.R.E.C.E.P.) DE RÉALISER DES ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES PLUS COMPLÈTES (CYTOTOXICITÉ, RECHERCHES DE MÉTAUX LOURDS ...).
 

RÉSULTATS - INTERPRÉTATIONS

EN 1995, 100 % DES PRÉLÈVEMENTS SONT BACTÉRIOLOGIQUEMENT CONFORMES. DANS 60 % DES CAS DE LÉGERS DÉPASSEMENTS ONT OBSERVÉS POUR LE PH PAR RAPPORT À LA LIMITE DE 9 FIXÉE PAR LA RÉGLEMENTATION FRÂNÇAISE. TOUTEFOIS, LA LIMITE MAXIMALE DE 9,5 FIGURANT DANS LA DIRECTIVE EUROPÉENNE N°8O-778 DU 15 JUILLET 1980, N'A JAMAIS ÉTÉ DÉPASSÉE..

EN 1996, L'ENSEMBLE DES RÉSULTATS INDIQUE UNE EAU GLOBALEMENT DE BONNE QUALITÉ BACTÉRIOLOGIQUE. QUELQUES
CONTAMINATIONS MICROBIOLOGIQUES ONT ÉTÉ RELEVÉES EN PARTICULIER SUR LES PRÉLÈVEMENTS EFFECTUÉS SUITE À LA
VIDANGE DU CHÂTEAU D'EAU, (SEMAINE DU 14 AU 21 AOÛT), LES LÉGÈRES CONTAMINATIONS ONT ÉTÉ DUES À DES COLIFORMES ET STREPTOCOQUES FÉCAUX, (GERMES NON PATHOGÈNES).

LES RÉSULTATS DES ANALYSES EFFECTUÉES PAR LE LABORATOIRE DE LA VILLE DE PARIS SUR LES PARAMÈTRES CHIMIQUES ONT ÉTÉ CONFORMES AUX NORMES DE QUALITÉ ET N'ONT PAS MIS EN ÉVIDENCE DE TOXICITÉ PARTICULIÈRE DES EAUX.

L'EXAMEN ATTENTIF DE L'ENSEMBLE DES RÉSULTATS PERMET DE MONTRER QUE LES DÉPASSEMENTS DE NORMES OBSERVÉES PEUVENT ÊTRE QUALIFIÉS « D'INCIDENTS PAR RAPPORT AUX EXIGENCES DE QUALITE ». EN AUCUN CAS CES ÉPISODES NE PEUVENT EXPLIQUER, NI PAR LEUR FRÉQUENCE, NI PAR LEUR NIVEAU, UN QUELCONQUE PHÉNOMÈNE ÉPIDÉMIQUE.

EN CONCLUSION, DURANT LES ANNÉES 1995 ET 1996, L'EAU DISTRIBUÉE À LA DÉSIRADE ÉTAIT DE QUALITÉ SATISFAISANTE, CI-JOINT LE TABLEAU COMPLET DES RÉ5ULTATS D'ANALYSES. ILS SERONT SOUMIS, AINSI QUE L'ENSEMBLE DES
DÉPARTEMENTAUX, AU PROCHAIN CONSEIL DÉPARTEMENTAL POUR INFORMATION ET AVIS. RÉSULTATS D'HYGIÈNE,

UNE CONFÉRENCE DE PRESSE SE TIENDRA PROCHAINEMENT OÙ DES EXPERTS RÉPONDRONT AUX QUESTIONS.
 
 

LE PREFET,