TEMOIGNAGE DU DOCTEUR J. TEXIER


La Justice a saisi toutes les lames d'histologie, de la période août 1995 à juillet 1996. Les enquêteurs du RNSP ont affirmé qu'après leur passage à la Désirade en juillet 1996, tout était redevenu normal. Pour prouver que cela était faux, le Dr Manuceau a confié au Dr Jean Texier, histologiste parisien, les 28 lames d'histologie des appendices opérés entre le 1er août 1996 et le 31 juillet 1997, en un premier lot de 19 lames, puis un deuxième lot de 9 lames. La conclusion, dans les deux cas, est : "Cela est assez similaire à ce que l'on peut voir en pathologie courante en métropole." 

________________________________________
 
Monsieur le Docteur MANUCEAU
Centre d'Affaires Bergevin
97110 POINTE-A-PITRE
Paris, le 24 juillet 1997


Mon Cher Confrère,

J'ai examiné attentivement la série de dix neuf appendices sur laquelle vous m 'avez demandé mon avis. Vous voudrez bien excuser le délai un peu long de cette réponse.
A première vue, cette série intéresse tous les âges et les deux sexes.
Dans l'ensemble, les lésions sont assez superposables à ce que l'on peut trouver en métropole, c'est-à-dire pas mal de lésions qui sont des réactions péritonéales plutôt que des appendicites aiguës.
Je n'ai vu aucune lésion histologiquement spécifique évocatrice d'une pathologie particulière.
Dans cette série, je note deux appendicites aiguës nécrosantes avec péritonite (B.  031012 et E. Godefroy 134025) absolument indiscutables.
D'autres cas qualifiés d'aiguës me semblent plutôt à classer dans des lésions subaiguës banales souvent accompagnées de coprostase.

Chez les sujets jeunes où le tissu lymphoïde est encore abondant, il existe en général une hyperplasie lymphoïde pouvant être liée à une atteinte virale ou bactérienne.
J'ai souvent noté une réaction congestive de la séreuse avec fréquemment une lymphangite de cette séreuse qui évoque une réaction péritonéale sur les appendicites chroniques oblitérantes qui sont des formes d'involution régressive sur l'appendice à partir d'un certain âge,  on retrouve aussi cette réaction lymphangitique souvent discrète ou minime. Pour conclure, sur ces dix neuf lames, il y a deux appendicites aiguës indiscutables avec  péritonite, un certain nombre d'appendicite subaiguë, souvent endo-appendicite et souvent une réaction péritonéale. Cela est assez similaire à ce que l'on peut voir en pathologie courante en métropole.
La réaction péritonéale sans être proprement appendiculaire peut orienter vers une recherche d 'une pathologie virale ou toxique ou allergique qui ne semble pas avoir été recherchée.

Je vous prie de croire à mes sentiments confraternellement dévoués.

                                                    Docteur Jean  TEXIER.

                                      _________________________________

                                                                Paris, le 31 décembre 1997

Cher ami,

Tout d'abord veuillez me pardonner la lenteur de cette réponse.
Cette série d'appendices ne diffère guère de la précédente, sauf toutefois le cas de B. Ketty  24 ans,
N° 154024, qui à notre avis  correspond à une mucocèle débutante.....

                                            Docteur Jean  TEXIER.